Étonnante Turquie !

2 semaines ici déjà et nous n’avons pas vu le temps passer ! Mais qu’avons nous fait!? On rembobine la cassette, retour en Grèce…

Nous avancions pépère et nous sommes rendus compte que nous n’étions plus si loin que ça de la frontière turque.

Dernière halte à Alexandroupoli, ville qui ne paye pas de mine comme ça mais qui a un certain charme. Bivouac en bord de plage, et en arrivant sur le site on voit 2 camions (dont un énorme) plaques françaises à l’horizon ! Apéro oblige, nous faisons le même chemin! Nous faisons la connaissance de joyeux loustics avec de beaux projets en vue (organisation de fête techno et pourquoi pas une installation tout là bas en Asie). On s’en est payé une bonne tranche, ça a fait du bien de pouvoir partager avec des gens qui ont le même itinéraire, français qui plus est. A plus Yolaine, Lola, Rémy et Dan…

Le lendemain, un peu en vrac, nous partons à l’assaut de la Turquie !

Passage de frontière sans encombre bien qu’un peu longuet, on en profite pour faire du change, 1€=7,5 Liras. La lira venait de se casser la figure, suite aux déclarations de Trump… Pour info, quand nous sommes partis à Istanbul en 2015 avec Nini 1€ valait 2,5 Liras.

Direct on se fait plaisir, on fait le plein! Entre 0,80 et 0,85€ le litre…

On s’est pris quelques jours pour aller à Istanbul. Pour être « tranquille », on a laissé le camping-car sur un parking, et pris une chambre dans la vieille ville. Comme ça on pouvait vadrouiller à notre guise en étant près du QG pour les siestes et le repos.

C’était chouette de revenir ici (pensée pour Nini)! Vraiment cette ville est un enchantement, entre ses palais, ses mosquées, les bazars…Dépaysement garantie…

Malgré notre organisation bien pensée, on s’est quand même assis sur les visites qu’on aurait voulu faire…Heureusement qu’on a la vie devant nous! Enfin il y a eu de la magie dans cette halte et c’est ça l’important…

Apres Istanbul et les chaleurs qu’on a dû supporter, on a eu envie de tremper nos pieds dans l’eau…le réseau routier est en bon état, des 2 voies traversent les grands axes du pays, mais quand tu en sors, ce n’est plus tout à fait pareil !

C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés sur la route des noisettes! Vous saviez, vous, que la Turquie est le plus grand producteur de noisettes au monde?

Et bien nous pas…On a commencé à se poser des questions après des kms de montagnes, noisetiers à perte de vue, en pleine récolte. Que de petits producteurs. Le premier acheteur est Italien: Ferrero, pour le nutella bien sûr !

Ici on fait sécher les noisettes

Le long de la route pour la pause goûter, on a fait une halte dans un petit village…les locaux ont été adorables…on nous a offert le thé et un bon moment de plaisir.

On est un peu une curiosité. apparemment il n’y a pas beaucoup de passage de touristes par là.

Et nous avons fait notre 1ère baignade dans la mer noire…on se retrouve souvent sur de petites routes et on finit dans des endroits improbables…Le plus marquant c’est celui ci:

On arrive sur cette crique après une après-midi de route un peu fatigante, sur les conseils d’autres turcs rencontrés un peu avant.

Un petit bar et puis la plage. On est accueillis comme des rois, tout le monde déplace sa voiture pour qu’on s’installe (on ne veut pas ça).

Un autre van arrive, un couple d’italien! On croit qu’on voyage ensemble, jamais un étranger n’est venu ici, et aujourd’hui il y en a 2 wagons qui s’installent !

Stefano et Frederica, jamais de vacances sans leur van! Très belle rencontre! Bien rentrés?!

Surpris et visiblement content de notre arrivée, les gens du coin nous ont gâtés, d’autant plus que c’était la fête du mouton ici! 4 jours de fêtes! Entre les thés partagés, les invitations dans certaines familles, on a vécu un moment un peu hors du temps. Je vous fait partager ça en photos. Pardon je n’écrirai aucun nom, j’aurais un gros problème d’orthographe, et puis soyons honnête, nos prénoms sont si différents que je ne les retiens pas tous !

Invitation au thé traditionnel, Pablo s’est fait plein de copines !

Invitation au petit déjeuner pour le 1er jour de la fête du mouton.

On nous a offert des fruits, des légumes, des noisettes, un genre de pommes dauphines toutes prêtes à déguster, du pain maison… »all organic! » Tout bio…

On était un peu déphasés 3 jours plus tard en repartant de là…

Ju m’a dit quelque chose de vrai, on rencontre des gens tellement gentils avec nous, que l’on a souvent l’impression d’avoir fait « The Rencontre » et en fait ça arrive tout les jours.

C’est impressionnant et touchant de voir à quel point les Trucs attachent autant d’importance à ce que l’on se sente bien chez eux, ils s’arrêtent sur la route pour nous demander si l’on ne manque de rien, veulent toujours nous rendre service, nous offrir de la nourriture, nous conseiller sur un chouette spot pour dormir le soir… Les enfants sont couverts de cadeaux et il n’est pas rare de croiser des inconnus qui vont spontanément acheter des glaces ou bonbons pour eux au petit market du coin.

Le lendemain on s’est arrêtés dans une boucherie pour un barbecue, on nous offert la viande…

Le jour d’après c’était du pain avec des brochettes, bref, la liste est longue…

On a pris tranquillement la route de la Cappadoce…Enfin tranquillement…

On a traversé Ankara, avec la fête du mouton la ville était complètement morte! Tant mieux pour nous…

Nous y sommes depuis 2 jours (en Cappadoce), une pure merveille….

On vous en donne un avant-goût, ici au site de Gülşehir, l’Acik Saray ou palais à ciel ouvert. Un ensemble monastique avec 3 églises et des pièces creusées dans le tuf (Roche de type volcanique).

On a dormi là bas et pu profiter du site le soir et le matin.

Cette région mérite un article à elle seule donc plus tard!

Pour info, nos téléphones ne fonctionnent plus depuis la Grèce (téléphone coupé en modifiant nos forfaits ce qui nous a empêché de vous avertir et de passer mes derniers coups de fil). Sommes joignables sur le WhatsApp de Ju!

Merci de nous suivre, on vous embrasse très fort et pensons bien à vous…Beaucoup de chaleur encore pour nous…est-ce que ça va mieux chez nous?

a bientôt !

On vous dit tout…

Après ces presque 2 mois de voyage, nous avons envie de faire un petit article hors série pour vous parler un peu du quotidien, et puis on est sortis d’Europe et c’est l’occasion.

Presque deux semaines en Turquie déjà, et des soucis de connexion internet résolus à présent.

Parlons un peu des enfants d’abord et de leur manière de s’adapter au voyage.

Notre préoccupation principale c’est bien eux et leur bien être. Le voyage tourne autour d’eux.

Pablo est plutôt bien.

On l’a senti un peu distant avec les gens au départ, il ne voulait pas dire bonjour et évitait le contact. Depuis notre arrivée en Turquie, on sent que ça se débloque. Les gens sont très tactiles avec les enfants, leurs font beaucoup de cadeaux…Ça aide ! Et puis on lui explique que les gens sont gentils et qu’il ne doit pas avoir peur.

Ce contact lui donne confiance et il semble plus à l’aise. On a rencontré tellement de gens en Turquie, il s’est fait pleins de copains et copines avec qui il joue, ça lui fait du bien.

Pablo demande un peu la maison, ses jouets lui manquent! Parce que « même si il est cassé son tracteur jaune, ben il l’aime bien quand même ! »

Il supporte bien la route, fait de bonnes nuits dans la capucine….

Franchement on est content.

Gaël, à l’aise en toutes circonstances !

Lui ne peut que s’adapter parce qu’il ne se rend pas compte de grand chose.

Il a bien changé depuis le départ ! Il trotte partout à la manière de Mooglie, les fesses en l’air !

Les contraintes avec Gaël c’est le respect des siestes, et puis avoir toujours un plat de prêt pour lui mais on arrive à se débrouiller. Il mange de plus en plus comme nous et vient de sortir sa première dent, il y en a 3 autres qui suivent…

Quand on est de sortie il est en portage, comme c’est pratique !

Les gens sont en adoration devant Gaël, et lui n’a pas peur d’eux, bien au contraire. Il n’est pas rares qu’ils soient pris en photo tous les 2, même par des inconnus dans la rue, mais ça on évite.

Gaël se réveille encore un peu tôt (aux alentours des 6-7 heures du matin) et les nuits sont quelques fois chaotiques. Le pire c’est quand les 2 ont décidés qu’ils ne voulaient pas dormir ! On finit toujours par gagner mais ces petits monstres nous laissent parfois proches du K.O!

On les voit grandir nos petits, on savoure ce bonheur tous les jours, heureux de ne pas en rater une miette, même si ce n’est toujours de tout repos.

Entre eux l’interaction grandit, autant de fusion que de chamailleries! Ça promet…

Le camping-car nous emmène là où on veut !

Les problèmes du départ sont résolus, plus d’infiltrations (pas beaucoup de pluie non plus), la pompe à eau fonctionne bien, rien de pire pour la crémaillère. On a constaté récemment un problème de démarreur, il nous faut parfois ouvrir le capot pour le brancher en direct sur la batterie, à suivre…

On a fait la 1ère vidange (plus de 2000kms de faits depuis).

On vient juste d’avoir 2 pneus arrières crevés à 2 jours d’intervalle. Réparés dans l’heure voir même dans la minute mais on vous racontera ça dans l’article sur la Turquie.

On vit bien dedans, mais comme on est beaucoup dehors ça aide! Par contre ça nécessite un rangement et ménage constant. Toujours pas de petit nom pour notre camping-car, mais on le gratifie parfois d’un « c’est bien polo » après un bel effort !

Au niveau alimentaire, nos habitudes ont changées, nous les fans de charcuterie et de fromage, on a un peu l’estomac qui gargouille! Et puis on a mangé un peu moins de viande après l’Italie. Ici on se rattrape, un peu trop parfois !

On tient la barre au niveau du budget. Ça a été un peu dur sur la partie Europe, mais là on redresse le tire.

Globalement, le voyage est totalement adapté aux enfants, on évite en général les villes qui sont épuisantes par le rythme que ça demande (entrer dans la ville, se garer, trouver un endroit où manger) caler tout ça en tenant compte des siestes c’est compliqué.

Les visites de musées et autres sites sont presque impossible, les enfants sont trop petits. On essaie de faire des choses pour eux ( beaucoup de plages surtout à cette période et vu les pays traversés). On flâne, on se balade, et c’est déjà vachement bien. Et depuis l’arrivée en Turquie on passe pas mal de temps avec les locaux.

Les enfants demandent une attention constante, beaucoup d’énergie et beaucoup d’organisation. Ce n’est pas toujours évident de composer les journées, surtout qu’aucune ne se ressemble. Pour éviter le ras le bol de la route on essaie de stopper plusieurs jours au même endroit, pour qu’on se détende.

Dans l’ensemble on est assez content, on arrive toujours à trouver des endroits sympas et jolis pour se poser.

Quoiqu’il en soit on fait de notre mieux et franchement, c’est peut-être pas évident tous les jours mais ça roule!

En gros depuis notre sortie d’Europe, on est plutôt centrés sur les relations avec les gens. Les enfants sont un bon moyen d’y parvenir ! En Europe c’était les vacances, là le voyage a vraiment commencé !

Nous n’avons rencontrés qu’un seul groupe de français qui suit la même route que nous. On vous racontera ça plus tard aussi…

On publie un autre article sur la Turquie très prochainement, on a vraiment beaucoup de choses à raconter! (Pour ceux qui se poseraient la question nous sommes du côté d’Ankara) On espère que vos vacances se passent bien, que vous avez le soleil et la patate!

La bise de Turquie!

La Grèce, on sort des sentiers battus…

Ah la Grèce…Nous rêvions de ces jolis village blancs et bleus, la vue sur une mer turquoise…

Nous avons dû faire un choix…partir à la découverte de cette Grèce de carte postale, ou ne pas trop nous éloigner de notre chemin pour maîtriser notre budget un peu éclaté en zone touristique (et camping) précédemment.

Nous avons choisi la seconde option, autant rester sage, c’est un pays qui peut être une destination de vacances une prochaine fois.

Nous avons baroudé dans le Nord et nous ne sommes pas déçus!

Des bivouacs faciles et magnifiques, peu de touristes, quelques rencontres sympathiques…de la détente!

Je découperai notre séjour en 2 parties: la Macédoine, lacs et montagne et la Chalcidique, plages de rêve…

En Macédoine nous avons fait une petite boucle dans les terres, en s’approchant des lacs…

Notre première nuit, vous l’avez vu en photo dans un message précédent…ensuite nous avons flâné de bivouacs en bivouacs. La tranquillité absolue! Pas un chat à l’horizon…et nous nous sommes rendus compte que le camping sauvage était carrément possible ici en Grèce! On s’en est donné à cœur joie!

On croise souvent des tortues qui traversent la route! Pas bol j’en ai écrasé une l’autre jour, et je peux vous dire qu’on entend la carapace s’écraser..et en plus on a dû faire demi tour parce qu’on s’était trompé de chemin, il a fallu repasser à côté, beurk.

Le camping sauvage c’est super mais il faut aller remplir le réservoir d’eau tous les jours, ici c’est dans les stations service que c’est le plus facile, et sans devoir faire le plein. Être à côté d’un point d’eau est essentiel aussi pour laver le linge…

Les petits adorent barboter dans notre bassine, ça fait office de bain le soir.

Pour la petite anecdote, ce soir là nous campions à côté du site archéologique de Pella, dans le but d’aller faire la visite le lendemain. A 23h le gardien est venu nous voir en faisant de grands gestes pour nous avertir qu’il y avait une alerte aux moustiques et qu’ils allaient bombarder de produits pour les tuer. En effet, un gros 4×4 est arrivé, chargé de bonbonnes et s’est mis à asperger tout le coin. Le gardien nous a indiqué un autre endroit où dormir, on n’allait pas rester là! On file, s’installe, on commence à s’endormir et là…gros bruit de 4×4 qui débarque! En fait il est passé partout dans la ville et les alentours. On a fuit Pella au petit matin…

Durant notre séjour, nous sommes allés dans un tout petit village perché dans les montagnes, Nymfaio.

Il y a une association (Arcturos) qui s’occupe des ours. Il y a encore très peu de temps il y avait des montreurs d’ours en Macédoine (ils se baladaient ours enchaînés dans les villages du coin). Les ours « sauvés » viennent pour beaucoup de cette situation là. Ils sont placés dans ce qu’ils appellent un sanctuaire (un refuge) avant d’être remis en liberté dans la nature. Il n’y a qu’une dizaine d’ours, faute de place. Mieux vaut bien faire les choses.

On dénombre tout de même 400 ours en Grèce, dans les montagnes du nord uniquement.

Et nos ours de France (ceux importés) viennent principalement de Slovénie!

Nous sommes donc allés à la rencontre de cette association et avons pu voir les ours pour Pablo!

Et puis… zut les 7000 kms que papy Caco nous autorisait sans faire de vidange venaient d être dépassés… Ju s est donc attelé à la tâche sur un parking en haut de la montagne… Allez zou!!! On repart, à neuf!

En route pour la Chalcidique !

Petite pause sur la route à Edessa où au milieu de la ville coule une cascade, il y a même une petite grotte.

Vous voyez les 3 petits doigts là où il y a le point bleu ? Et bien, nous avons passé une petite semaine là…précisément à l’endroit du point bleu…À la péninsule de Sithonia. Comme nous sommes restés quelques nuits au même endroit, nous avons discuté avec le peu de français rencontrés, un couple et leur fille qui ont baroudés un peu partout, et Maria et Fred et leur 2 garçon qui viennent de l’est de la France, vraiment super sympa.

Cette montagne que vous voyez sur plusieurs photos est le mont Athos…interdit aux femmes ! Parce que quand les marins partaient en mer, elles rejoignaient souvent le lit des moines qui vivaient sur ce mont. Ce qui est absurde, c’est que cette règle persiste encore aujourd’hui ! Accrochez vous bien, pour aller au mont Athos, il vous faut en tant qu’homme, faire une lettre de motivation au moins 6 mois à l’avance, fournir un certificat de baptême, 100 personnes sont autorisés à y entrer chaque jour et 90 doivent être orthodoxes. Pour info, cette presqu’île est l’une des plus belle de Grèce, le bêtise religieuse l’a privé des yeux de beaucoup !

De loin, c’est vrai que ça a l’air chouette…

6h du mat’ !

Bon ben on a eu des moustiques!

Les enfants se sont fait dévorés !

Petit déjeuner hot dog frites pour tout le monde ! On ne s’attendait pas à ça quand on a passé la commande !

Pablo s’est fait une petite copine, Mia, même âge que lui. Mia est italienne, ils ont joué toute une après-midi ensemble, la différence de langue ne les a pas dérangé du tout!

On a repris tranquillement la route vers la Turquie, on devrait y arriver d’ici quelques jours.

Nous allons refaire un article d’ici peu, histoire de faire un bilan de ce premier mois de voyage et de clôturer notre partie Europe.

Baignade à 20h…

On vous dit donc à bientôt !

On vous embrasse et on vous remercie pour vos commentaires, j’ajoute pour ceux qui ont le doute qu’ils sont ouverts à tous!

On continue dans les Balkans 2

Petit retour sur la Bosnie parce qu’on n’a pas dit quelques petites choses, et que l’histoire repart à partir de là.

Au camping, on est tombé sur ça !

Beurk! On a pas fait les malins, on n’était pas loin! Et surtout le lendemain en baignant Gaël dans la rivière, il y en a un qui est passé juste à côté de nous. Apparemment ils n’attaquent pas mais on n’a pas eu envie de tenter l’expérience!

En partant de Bosnie, nous avons suivi la route du Miel, avec de jolis paysages mais aussi des vestiges de la guerre, toujours des bâtiments habités ou pas, criblés de balles, de maisons à l’abandon…

Nous avons pris la direction du Montenegro, la baie de Kotor.

On a trouvé un endroit sympa et nous sommes posés 2 jours.

On pensait faire plus au Montenegro mais notre route c’était la côte et le reste de la côte c’est beaucoup de plages privées et surtout bondées de parasols ! Enfin c’est notre ressenti mais je ne crois pas que ça s’appelle le petit Monaco pour rien…

Au long de notre route nous prenons des auto-stoppeurs qui viennent de tous pays et croisons autres voyageurs avec qui nous partageons quelques moments…En Bosnie nous avons pris 2 polonaises qui nous racontaient que souvent elles se faisaient prendre par des gens soûls…pas facile d’avancer à ce rythme là parce qu’elles demandent à descendre illico de la voiture.

C’est ainsi que nous sommes arrivés en Albanie !

La pampa! Le bazar!

D’ailleurs dès que tu sors de la ‘nationale ‘ t’as de la piste, comme en Afrique !

Drôle de pays! C’est un peu tout et n’importe quoi! Mais les gens sont vraiment sympathiques, toujours prêt à donner un renseignement, de l’aide!

On a dormi au bord des plages grâce aux conseils de locaux et sur un parking de restaurant qui nous laisse un excellent souvenir, le patron du restaurant, Cikoja, a offert des gâteaux aux enfants, nous a fait goûter la spécialité de son restaurant (poivron farci au fromage frais, mmmh), ils nous ont offert tout un tas de plats et une super assiette de fruits.

On a continué sur notre lancée à manger dans des petits restos pour 3 francs 6 sous…

En Albanie c’est les rois du lavage de voiture, y’en a à tous les coins rue, tuyau d’eau grand ouvert en attendant que tu t’arrêtes.

Et en potassant un peu les trucs à faire dans le coin, on a vu qu’il y avait le lac Ohrid, frontière avec la Macédoine. On a eu envie d’y aller, apparemment c’est le joyau du Pays. Ni une, ni deux, nous voilà partis là bas écourtant notre séjour en Albanie.

Si l’Albanie c’est la pampa, alors que dire de la Macedoine. Moi qui m’imaginais un pays un peu comme la Slovénie et bien pas du tout!

Le lac, oui c’est beau mais on n’a pas dû voir le meilleur coin. En fait on n’a pas grand chose à dire de cette contrée. Y’a un petit goût d’orient là bas aussi, et puis voilà…

Les gens restent toujours sympa, et dans les petits villages on fait toujours de belles rencontres inattendues. En Macédoine la vie ne coûte pas très cher.

On a fait le plein du réservoir et de courses et après les fortes chaleurs (>40 degrés) de ces derniers jours, nous sommes partis nous réfugier dans les montagnes du nord de la Grèce où nous passons du bon temps !

Il paraît que c’est canicule en France alors bon courage à vous!

On vous embrasse.