Cap décisif

Nous avons fait un bon choix en optant pour la montagne! Nous avons passé une bonne semaine nature, sur de bons spots, en faisant de jolies rencontres parfois très étonnantes.

Nous sommes d’abord partis à Nagarkot, à l’Est de Katmandou. C’est le seul endroit de la vallée où on peut voir la chaîne de l’Everest, et aussi le plus haut, à plus de 2000m d’altitude.

Ca reste assez près de Katmandou, au cas où on avait des soucis avec Polo, on pouvait le ramener à l’hôpital rapidement.

Ça nous a rappelé à quel point nous sommes attachés à ce genre de petits coins nature. Autant pour les enfants, qui ont repris leur liberté, que pour nous. Ils ont sorti les camions de la soute et se sont défoulés pendant 3 jours.

Les températures étaient bien, chaudes le jour mais fraîches la nuit. On y repense avec envie, vous verrez plus tard que nos conditions météo ont largement évoluées!

On profite des paysages et des balades alentours. Mais nous n’avons jamais pu voir les montagnes malgré nos réveils très matinaux (5h30, juste pour voir ce spectacle).

On rencontre un espagnol en sac a dos à qui nous prêtons notre tente pour la nuit, et on passe ensemble une soirée inattendue dans notre petit chalet resto voisin en compagnie de sherpas assoiffés. Ils boivent, fument, chantent et dansent dans la bonne humeur. L’occasion pour nous de fêter la naissance d’Emilio, filleul de Ju!

Le temps s’écoule paisiblement.

Et nous prenons la fuite quand le week-end arrive. Un week-end ici signifie une arrivée massive de Népalais! Basta la tranquillité.

Nous ne sommes pas rassasiés de montagne, alors on roule à jusqu’à Dhulikhel, réputé pour son point de vue sur les montagnes enneigées des Annapurna, Langtang, Choba Bhamre, Gaurishanker et number Karyolung à environ 1500m d’altitude.

Encore un spot de ouf, de grands espaces, une vue sur la vallée, de petits boui boui pour manger aux alentours, et de balades que nous rechignons à faire. Il commence à faire chaud et on flemmarde. C’est une période de réflexion (encore). Où allons nous , où en est notre budget. On y pense depuis Katmandou déjà.

Et si on se pose la question, c’est qu’on a de bonnes raisons. La suite de notre itinéraire comporte des embûches, notamment la traversée de la Birmanie. Comme dans de plus en plus de pays, on ne va pas en Birmanie comme on veut. Ça se fait escorté d’un guide accrédité par le gouvernement obligatoirement. Le planning est millimétré, et la somme demandée exorbitante (cela dépend du budget de chacun bien entendu). Nous nous sommes inscrits sur une liste d’attente pour passer en groupe, certaines agences le proposent et plus le nombre de véhicules est important, plus le prix réduit.

Le prix final nous concernant est de…roulements de tambours!!!!!1900 euros en groupe pour une traversée en 5 jours. Effarant. Sans compter qu’il nous faut assumer ensuite la Thaïlande et revenir, donc recommencer l’opération. Bon, ils sont sympa à l’agence et nous font un prix pour le retour, 1500 euros. Coût total de l’opération 3400 euros. On éclate de rire, mais on rit jaune. Il est bien sûr possible de ratisser toutes les agences du coin pour des devis mais faut pas rêver, même si on trouve un meilleur prix, ça restera dans ces eaux là et ce sera toujours trop cher.

Notre budget devient serré, on abandonne la Thaïlande mais on cherche un plan B. On se renseigne pour visiter le Tibet: Interdiction d’entrer avec son propre véhicule.

On pense alors à retourner au Pakistan, monter dans le nord, traverser la Chine en 4 jours, arriver au Kirghizistan puis traverser tous les pays en « Stan » pour rejoindre l’Iran par le nord. La difficulté de cet itinéraire, c’est la Chine, dont les contraintes sont les mêmes que la Birmanie. Nous devons le faire escortés d’un guide et ce n’est pas gratuit. Néanmoins ce programme nous plait, et comme il ne nécessite qu’une traversée, on se lance dans les recherches. Il y a effectivement des passages en groupe dans les dates qui nous intéressent. On est vraiment motivés. On calcule et recalcule le budget, pour finalement reculer juste avant la signature. 1800 euros. C’est ce qu’on a trouvé de moins cher mais ca reste trop (surtout pour 4 jours) Nous rentrerons la ceinture trop serrée. On ne pourra plus rien se permettre, c’est trop dommage de voyager frustré.

Notre décision est prise, on fait demi tour et on empreinte la même route. Nous avons le cœur lourd, mais ce n’est pas la fin du monde. Le voyage est loin d’être fini, nous avons encore de temps, beaucoup de choses à découvrir ainsi que de gens à rencontrer!

Nous en avons la preuve quelques jours plus tard lorsque notre route croise celle de Gaétane par le plus grand des hasards. Perdus dans nos montagnes, à la table d’un restaurant désert, elle arrive seule, à la tombée de la nuit. Elle est française! Habite à côté de chez nous en Isère (mais vit au Maroc pour son boulot)! Est née à Landerneau! (Ville de Ju)… et est une pote de nos maraîchers préférés voisins, les Flam’ en Vert… C’est fou toutes ces coïncidences! On se raconte un peu nos vies, et nous revoyons le lendemain pour nous dire aurevoir. Une rencontre marquante et la promesse de se revoir en France.

Il est temps pour nous de reprendre la route. Tout ce temps ici (et toujours pas un brin de montagne en vue!) nous donne envie d’en voir plus… On décide de se rapprocher de l’Everest, un peu plus à l’Est. On emprunte la route de Jiri, dernier stop avant l’ascension de la bête. On a juste envie d’être baigné dans l’ambiance.

Mais on se prend une douche froide. Polo ne peut pas monter là haut à cause de l’état des routes. Nous ne sommes pas vraiment étonnés. Tant pis, on se balade un peu dans le coin sans s’aventurer plus loin.

C’est à ce moment là que nous avons fait le demi tour. Et ça ne nous a pas laissé sans émotion.

Heureusement le lendemain nous faisons la rencontre d’Anaelle! Vous savez où ? Dans une fromagerie Népalaise, HIMALAYAN FRENCH CHEESE! On a rempli le frigo de Munster, Saint Marcellin, Camembert et différentes tomes…

De quoi redonner le moral. Anaelle, française, donne un coup de main à la fromagerie, montée par un français. Elle nous fait l’honneur de nous la faire visiter. On bave devant autant de fromage! Le frigo n’est pas resté plein très longtemps, vous vous en doutez! On recroisera peut-être Anaelle dans le Nord de l’Inde!Et ce sera avec plaisir puisque qu’elle reprend la route dans un mois et pour la même destination que nous.

Nous mettons le cap sur Pokhara, il est bon de rester vers le Nord, c’est à dire le frais car les températures montent sensiblement. Et sur la route nous repassons par des endroits déjà connus!

Entre nos 2 passages, les litchis ont poussé, on s’en régale, surtout Gaël.

Et puis juste avant d’arriver à Pokhara, nous trouvons un petit coin de paradis. Petite rivière, champs de riz, et grands espaces.

C’est superbe, des groupes de femmes et d’hommes travaillent dans les champs, d’autres surveillent leurs bêtes. Les paysages sont magnifiques, tout est très coloré.

C’est pas magnifique? On se plaît bien. Il fait très très chaud, on passe nos journées à patauger dans l’eau! On lézarde, c’est devenu un peu notre routine.

Au lendemain de notre arrivée un véhicule étrange déboule. Un 4×4, panneau solaire et tente de toit. Je crie à Ju: « Des voyageurs!!! » Depuis Dubaï, nous n’avons rencontré aucun voyageurs à roulettes! Ce sont David et Sylvia, Italiens, qui reviennent en Italie par la route après avoir habité 5 ans en Australie. On est content de cette visite. Ils sont venus exprès à notre rencontre après avoir aperçu le camping-car depuis la route.

Encore beaucoup de monde à rencontrer, c’est bien ce qu’on s’était dit!

Nous restons ensemble dans notre paradis puis partons le même jour sur Pokhara. On a repéré des sources d’eau chaude en partant dans la montagne au nord de la ville. Renseignements pris, il faut payer 100 euros pour pouvoir emprunter cette route. (Route de Jomsom et Muktinah qui donne accès à de superbes treks).

Outre le prix d’entrée, la mousson arrive tranquillement. Il fait une chaleur accablante la journée, qui tourne généralement en gros orages le soir. Ce qui veut dire que l’état des pistes en montagne risque de ne pas être des plus praticables pour Polo. Conclusion, nous renonçons! Encore!!! Décidément c’est un peu la période des choix difficiles et frustrants!

(Tala!!! Et voici Sylvia et David au campement de Pokhara)

Bon allez, c’est pas grave! Nous avons un rendez-vous qui nous attend, et pas n’importe lequel. Nous revenons à Bardia, chez nos amis Kiran et Pooja.

C’est également la destination de Sylvia et David, que nous retrouvons régulièrement le long de la route.

Bivouac près d’un temple!

Pause en cours de route:

Passage du pont à crocodile!

Quelques kilomètres avant Bardia, nous perdons le porte vélo sur la piste. David nous fait de grands appels de phares. On attache ça un peu à l’arrache à l’aide de cordes, on aura des réparations à faire!

Et quand nous arrivons enfin là bas après 3 jours de routes, les retrouvailles sont chaleureuses.

Tout autant que les températures qui grimpent à plus de 40 degrés! Et la nuit, on ne vous en parle pas, c’est un cauchemar.

On se traîne difficilement la journée, souffrant de la chaleur 24h/24! Lever un bras revient à perdre 1l d’eau. Les enfants ont l’air de supporter, je ne sais pas où il trouve toute cette énergie pour jouer toute la journée, surtout qu’ils ne touchent pas trop à leurs assiettes. Nous les adultes, on sue, on souffre.

Avoir chaud le jour c’est quelque chose, mais quand ça ne redescend pas la nuit! On réorganise Polo, on change les places de couchage. Les enfants prennent notre chambre, et ont obligatoirement le ventilateur de Polo installé à notre premier passage tandis que papa et maman, eux, transforment la table à manger en lit. La capucine est un four. Avec Ju , nous n’arrivons à dormir que lorsque nous avons le ventilateur que Kiran nous autorise à prendre dans une des chambres (quand elle est libre.)

Hormis ce détail éprouvant, Bardia est toujours aussi beau et enchanteur. On s’y sent à l’aise, comme chez mémé! Kiran et Pooja font tout pour ça. Pablo retrouve son copain Raoul, ils jouent énormément ensemble.

Et Gaël retrouve sa copine la voisine, Alicia.

Impossible de bouger la journée à cause de la météo mais en fin d’après-midi nous allons à la rivière. C’est le rendez-vous de tous! Les enfants, les animaux, et nous tous! Les lumières et cette mixité, c’est incroyablement beau.

Le joli marché du vendredi de Bardia:

Quelques jours après notre arrivée, nous faisons la connaissance de Laura et Steven, couple français. Ils sont en voyage sur 1 an, sont arrivés par avion à Dheli, ont acheté une magnifique Royal Enfield (une moto) en Inde et baroudent entre l’Inde et le Népal avec. C’est chouette hein! Je ne savais pas que ça se faisait! Ils connaissent bien la maison, parce qu’ils y ont séjourné un moment eux aussi.

Des italiens, un couple plus une famille française qui logent tous chez une famille népalaise adorable, voilà dans quelle ambiance nous sommes ici. C’est coooool et buena onda!

On gonfle le kayak et lors d’une virée, on se retrouve à côté des éléphants (domestiqués) entrain de prendre leur bain. Magique…(merci pour les photos Laura!)

On retrouve tout, le charme de la balade en vélo à la petite ville d’à côté. Ju emprunte la moto de Kiran quand il a besoin de faire des courses, à l’aise Blaise!

Réparation du porte vélo

Pablo nous tanne tous les jours… »Papa, maman, j’aimerais bien faire un safari! » Ce ne sera pas de sitôt qu’on pourra voir ce genre d’animaux en milieu naturel alors nous acceptons. Une belle après-midi mais à part des cerfs à foison, rien! Pas un éléphant, ni un rhinocéros, et le tigre ce n’est même pas la peine d’y penser!

Et puis, toutes les bonnes choses ayant une fin, arrive l’heure de partir. Notre visa népalais expire bientôt (presque 3 mois au Népal!!!!), et nous avons besoin de fraîcheur!

Bardia sera sans conteste notre coup de cœur dans ce pays, tant par la beauté du lieu que par le lien qui nous lie à Kiran et Pooja. Mais le Népal tout entier est enchanteur et surprenant. Ne surtout pas retenir notre passage à Katmandou!

Rendez-vous en Inde, où vous verrez que nos folles aventures continuent! Ahhh… incredible India!

Bisous à tous!!!

3 commentaires sur “Cap décisif

  1. Coucou ! Enfin ! Enfin ! Des nouvelles ! trop contente !
    Quel périple ! Les photos sont magnifiques, bravo pour ce très bon résumé, toujours bien rédigé puce ! 😉😉
    Vivement le prochain post, je suis déjà impatiente… Pleins de bisous à vous 4

    J'aime

  2. C’est vraiment une belle escale ce Népal ! Les paysages, les rencontres, ces couleurs, cette mixité… C’est bluffant et touchant. ça donne vraiment envie. Continuez bien et gros bisous à vous 4.

    J'aime

  3. Bonjour les grands aventuriers et bon anniversaire… un an déjà de voyage au bout du monde!
    Le périple reprend donc pour vous sous la forte chaleur que nous connaissons aussi ce mois-ci; La Bretagne est certes épargnée, en partie, mais il y a une semaine nous avons séjourné à Paris avec un petit…40 degrés, dur à supporter pour un breton. Polo semble retrouver une seconde jeunesse. Tant mieux car il lui faudra du tonus pour effectuer le voyage retour de x 000 km. Le blog s’étoffe et est toujours aussi intéressant à lire et à regarder. Bravo à la rédactrice et aux photographes !
    Nous attendons la suite et où…?
    Bises à vous 4
    Clet et Alison

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s